jeudi 15 juin 2017

UN MEMBRE DU COMITÉ CENTRAL DU FN TORPILLE ROMAIN LOPEZ !

Après avoir fait la une de la Dépêche du Midi pour ses tweets judéophobes ; après avoir été "signalé" par Le Lion du Net pour les mêmes motifs ; après avoir eu les honneurs de Libération ; après avoir obtenu le soutien de l'ignoble Soral ; après avoir été "épinglé" par Buzzfeed  puis par le journal israélien Times of Israël, voici que Romain Lopez , candidat aux législatives en Tarn-et-Garonne, fait l'objet d'une virulente dénonciation d'un des membres du Comité central du FN, également président de l'Union des Patriotes Français Juifs (liée au Front) et secrétaire général du syndicat France Police, Michel Thooris. 

Terrible retour de boomerang à trois jours du second tour des législatives. M. Thooris ne fait pas dans le détail : 

"Loin des belles promesses de normalisation du parti, la Commission Nationale d’Investiture du Front National a investi un certain nombre de candidats particulièrement nauséabonds"

Il précise : 

"Dans le Tarn-et-Garonne on retrouve Romain Lopez, l’attaché parlementaire de Marion Maréchal Le Pen, investi dans la 2e circonscription. Ce Soralien assumé déverse depuis des années sa haine des Juifs de manière publique sur les réseaux sociaux"

Et il ne s'arrête pas en route : 

"Si heureusement tous les identitaires ne sont pas Soraliens, ils sont pourtant de plus en plus nombreux à se rapprocher des thèses d’égalité et réconciliation. A l’instar de Romain Lopez, beaucoup passent d’une ligne de dénonciation sans concession de l’Islamisme à une stratégie de soutien de l’Islam, y compris parfois radical, contre les Juifs. « Je préférerais mille fois un élu musulman patriote qu’un élu de souche mondialiste » a ainsi tweeté monsieur Lopez. L’élu de « souche mondialiste » se nommait Goldsmith et le patriote, Sadiq Khan"




Il termine par : 


"Au nom de la dédiabolisation, Jean-Marie Le Pen a été exclu du FN. Quelques mois plus tard, ce même parti politique investit finalement des Vardon, Lopez, Saliba et consorts. De quoi en perdre son latin..."

Si c'est le FN qui le dit...