lundi 8 mai 2017

CAP SUR LES LÉGISLATIVES 82 !

Les choses devraient rapidement se préciser en Tarn-et-Garonne après l'élection somme toute aisée de Macron, qui a largement dominé sa concurrente FN. 

Résultat national : 
Macron 66, 10 %
Marine Le Pen 33, 90 %

En Tarn-et-Garonne, le résultat est le suivant : 
Macron 57, 52 %
Marine Le pen : 42, 48 %

2ème circonscription

Il parait aujourd'hui patent que la sortante Pinel sera la candidate de Macron. Face à elle, le FN. On ne pourra s'empêcher de comparer cette législative 2017 à celle de 2012, où Sylvia Pinel s'était défaite de la candidate frontiste Dulac par 60% des voix contre 40, un score très voisin de celui d'hier (en Tarn-et-Garonne). Le FN a certes progressé mais comment gagner avec une ... minorité d'électeurs. D'autant que, ministre du honni François Hollande, Sylvia Pinel a réussi la prouesse de se faire adouber candidate... de la nouvelle majorité présidentielle. Romain Lopez, candidat du FN, marchera dorénavant à découvert et plus sous les jupes de Marine Le Pen. Une pluie acide ne devrait donc pas tarder à s'abattre sur lui : il est toujours aussi difficile de convaincre les électeurs que les "juifs" sont des complices silencieux du terrorisme islamiste.  

A Moissac, fief de Romain Lopez, le score FN est de 44, 48 % et il était de 44, 44 % aux législatives 2012 ! Autre signe de faiblesse : sa seule performance en solo, celle des départementales 2015, a été l'une des plus catastrophiques du FN en Tarn-et-Garonne, pourtant en très forte progression lors de ces élections. 

Pour parachever le tableau, un candidat DLF pourrait poindre à l'horizon, ce qui ne manquerait pas d'obérer le score FN du premier tour. Sans oublier les candidats "insoumis", Ivan Jacquemard et Céline Tainturier. A suivre. 

Bref, tout sourit à Mme Pinel.  

1ère circonscription

Pierre Mardegan, s'il peut se prévaloir du ticket Macron, pourrait être le grand gagnant de la loterie politique 2017. Même s'il devra à cette occasion faire campagne avec l'égérie de M. Baylet. La grande perdante sera certainement Valérie Rabault, frondeuse de Hollande mais fidèle à Hamon. Quant à Thierry Deville, homme-lige de Brigitte Barèges, il ne devrait pas faire l'unanimité de l'électorat de droite avec sa campagne "heureuse". Reste Thierry Viallon du FN, parti très moyennement apprécié de cette circonscription urbaine. En prime, le Front fera face à une candidature Dupont-Aignant en la personne de Martine Baudoz, secrétaire départementale de Debout La France.