dimanche 2 avril 2017

ROMAIN LOPEZ (FN) EN FLAGRANT DELIT DE MENSONGE CHEZ LAURENT DUBOIS (FRANCE 3 MIDI-PYRÉNÉES)


Dans l'émission de France 3 Midi-Pyrénées, Dimanche en politique du 2 avril 2017, animée par Laurent Dubois et Patrick Noviello, Romain Lopez (FN82), collaborateur de Marion Le Pen et candidat aux législatives, s'est une nouvelle fois distingué par ses mensonges éhontés. 


Au cours de l'émission, la discussion est venue, comme souvent (on se demande pourquoi...) sur les "dérapages" de certains membres du FN. 

Romain Lopez, célèbre désormais pour ses penchants judéophobes (liste des tweets sur demande, se comptant par kilos), sentant que l'exercice pouvait tourner à son net désavantage, prenait les devants en accusant le Parti socialiste (représenté par Patrice Bedier) de ne pas exclure ses propres membres auteurs de "dérapages". Et de citer le cas de Ahmed Chekhab, élu marseillais auteur de propos antisémites (à 6mn33s de la vidéo).

Or un simple clic dans un moteur de recherche permet de vérifier que M. Lopez est un menteur


Même le site François de souche, très proche du FN, faisait état de cette exclusion.



A contrario, ce qui est vrai, on ne l'a pas entendu. Un exemple parmi des dizaines : M. Lopez fait la promotion sur Twitter du rappeur "antisioniste" Hardiess, proche d'Alain Soral et publie un dessin figurant l'illustre récidiviste (en apologie de crimes contre l'humanité) et comportant la mention : "Pour la séparation du Crif et de l'Etat". Au dessous, Lopez écrit : "Votre engagement n'en est que plus admirable". 


Décryptage pour nos amis journalistes : Romain Lopez applaudit des deux mains un chanteur qui affirme que l'organisation juive Crif a la haute main sur l'Etat français. Pour leur gouverne, il s'agit-là d'une forme de théorie du complot à caractère antisémite, dénoncé justement par  le CRIF à propos d'une manifestation "antisioniste" (30 mars à Paris), ayant justement pour mot d'ordre "Pour la séparation du Crif et de l'Etat". NKM (élue de Paris LR), Meyer Habib (UDI) et Anne Hidalgo (PS) ont tous condamné cette "manifestation" et demandé son interdiction. 

Si les journalistes et les politologues laissent maintenant aux petits blogs amateurs le soin de vérifier la véracité des propos des politiciens, on n'est pas sorti de l'auberge !