mercredi 29 mars 2017

MAXIMILIEN REYNES-DUPLEIX (PCF82) : "ROMAIN LOPEZ EST UN ANTISÉMITE CONVAINCU"

A l'occasion de la venue de Gilbert Collard, le Parti communiste ainsi que d'autres partis (ou syndicats) de la gauche ou de l'extrême-gauche manifesteront ce soir Esplanade des Justes à Moissac contre les "idées dangereuses" du FN.  

Le secrétaire du PCF (Moissac) , Maximilien Reynès-Dupleix, dans les commentaires de notre blog, a livré son sentiment sur Romain Lopez, candidat pré-investi par le FN dans la deuxième circonscription :  

"Je pense que M. Lopez est un antisémite convaincu et que sa fausse naïveté crasse démontre à quel point le personnage fait peu de cas de l'humain pour peu qu'il l'embarrasse"


Voilà qui a l'avantage, en peu de mots, d'être clair et finalement de parfaitement décrire le candidat Lopez, soutenu activement par Gilbert Collard. Nous constatons toutefois et avec un certain étonnement que M. Reynes-Dupleix est le seul responsable politique du département à avoir pris position sur ce trait ô combien caractéristique de l'assistant de Marion Le Pen.


lundi 27 mars 2017

GILBERT COLLARD, ROMAIN LOPEZ ET LE FNPA


L'extrême-gauche départementale a prévu de manifester son hostilité au FN lors de la visite du député apparenté Front, Gilbert Collard, à Moissac le mercredi 29 mars, salle Confluences.




Nous nous permettons de signaler aux troupes du FDG, du NPA et du Parti communiste que la venue de l'avocat Bleu Marine à Moissac n'a strictement rien à voir avec une quelconque volonté "d'implantation durable" du FN en Tarn-et-Garonne. Le FN est déjà implanté durablement, notamment dans la deuxième circonscription.

Si Gilbert Collard, proche de Marion Le Pen (et de son collaborateur Romain Lopez), fait étape à Moissac, ville de Justes, c'est tout simplement pour redorer le blason terni de Lopez aux yeux d'électeurs qui s'inquiètent de la présence d'un "antisioniste" (euphémisme) virulent dans leur département. Nombre de médias ont remarqué et rapporté les frasques de Lopez sur le thème de la judéophobie. Gilbert Collard, ami d'Israël et des Juifs, sera donc mercredi au pays du chasselas en qualité de "caution morale" du candidat FN. 

Car, voyez-vous, Romain Lopez n'est nullement "islamophobe". Il s'est au contraire distingué par son admiration pour Yasser Arafat et pour la République islamique d'Iran, son soutien à la "Free Palestine", sa préférence (1000 fois) pour les "élus musulmans", sa publicité pour un rappeur de banlieue intime de Soral, le grand-prêtre de l'antisémitisme avec qui Lopez débat sur twitter de l'emprise juive sur les médias ("ni journalistes, ni juifs"). Il milite même avec force pour le boycott des produits israéliens, tout comme Mélenchon ou Besancenot...







La crédibilité de la gauche des extrémités est pour le coup proche du néant, celle-ci partageant l'obsession anti-israélienne du candidat frontiste, ce que nous avons démontré dans un article vieux de quelques mois... 

Autre anomalie locale : l'avocat du FN, Patrice Charles, tient à rappeler aux rédacteurs de l'appel à la manifestation, que l'usage du mot "raciste" dans la formule "le FN, parti raciste" peut les conduire devant les tribunaux. 




On a connu M. Charles beaucoup plus coulant, notamment lorsque son protégé Romain Lopez utilisait le terme pour qualifier l'Etat d'Israël, conjointement à l'épithète "révisionniste" et tant d'autres. Sur le sujet, l'extrême-gauche de Moissac, pourtant très bien informée, est tristement muette...



dimanche 26 mars 2017

QUAND ROMAIN LOPEZ (FN82 ) LE PARISIEN DÉCOUVRE LA TRIBU DES "PÉRIPHÉRIQUES"


Quelle audace ! Quelle bravoure ! Romain Lopez, qui ne recule devant aucun péril, s'est risqué hier jusque dans les tréfonds du Tarn-et-Garonne, à Saint-Porquier et Escatalens, une terre inconnue qu'il a immédiatement baptisée "cœur de la France périphérique". 

Il y a distribué les "propositions de Marine" mais est-il bien sur que les indigènes de cette contrée hirsute, restée à l'écart de la civilisation, sachent lire notre langue ? 

"Périphériques de Saint-Porquier et Escatalens, votez Lopez, et les bienfaits du savoir et de l'électricité illumineront illico vos esprits et vos bourgs médiévaux !" 

Décidément, en Tarn-et-Garonne, le FN n'a pas besoin d'adversaires, Romain Lopez, morgue et arrogance citadine montées en sautoir, s'occupe de tout. Quelle misère ! 






samedi 25 mars 2017

PIERRE MARDEGAN DÉFIE BAREGES, BAYLET ET L'UDI


Après avoir soutenu Juppé et s'être vu refusé l'investiture de la droite et du centre (par Brigitte Barèges) dans la deuxième circonscription, le tenace docteur Mardegan vient d'annoncer sa candidature "indépendante" dans la première (contre Brigitte Barèges), une petite année seulement -et des broutilles- après avoir été élu (avec Brigitte Barèges). Ainsi va la politique : il faut, pour exister, tuer le père (en l’occurrence la grand-maire)

Mais le vice-président de l'UDI 82 (peut-être pas pour longtemps) espère à haute voix que la fée Macron se penchera sur son berceau législatif. Ce qui ne manquera pas, le cas échéant, de provoquer une magnifique empoignade, les élus départementaux et nationaux du PRG (dans leur énorme majorité) s'étant prononcés pour l'ex-ministre de Hollande. Si ce dernier est devenu, dans l'intervalle, le nouveau président de la République, la lutte pour le ticket gagnant pourrait même confiner à la bastonnade générale... 

Pierre Mardegan n'a toutefois pas attendu l'adoubement officiel de Macron pour se lancer à l'assaut de la citadelle tenue par Valérie Rabault. Il faut dire que les moyens de faire une campagne d'envergure sur fonds propres ne devraient pas lui faire défaut. Le docteur Mardegan déclarait en effet des revenus annuels à six chiffres comme médecin hospitalier en 2014.

Dans tous les cas, Brigitte Barèges, même épaulée par La Dépêche du Midi, son récent journal de chevet, se remettra mal de cette candidature centristo-socialisante, avec ou sans étiquette




jeudi 23 mars 2017

CORDONNIERS MAL CHAUSSES ?

Le blog politique de France 3 Midi-Pyrénées faisait à juste titre remarquer que Sylvia Pinel, présidente du PRG et députée du Tarn-et-Garonne, avait "omis" de verser son parrainage au crédit de son champion Benoit Hamon (un effet de la distraction sans doute), tout en laissant les élus radicaux libres d'octroyer le leur à Emmanuel Macron. Ce que s'est empressé de faire Thierry Braillard, vice-président du PRG et secrétaire d'Etat aux Sports en apportant son soutien à l'ancien ministre de l'économie...

Nous avons découvert, en consultant les tableaux du Conseil constitutionnel, un autre grand distrait, le sénateur Bonhomme, présenté par La Dépêche du Midi du 22 mars comme président du comité de soutien 82 à François Fillon, chargé des parrainages. A-t-il oublié de se charger du sien ? Mais aussi de figurer sur la photo de famille de la droite départementale, unie comme jamais derrière l'ancien premier ministre ?  


http://www.ladepeche.fr/article/2017/03/22/2540980-presidentielle-les-fillonistes-s-organisent.html
Capture d'écran DDM - Cliquez sur l'image pour lire l'article

samedi 18 mars 2017

Parrainages Tarn-et-Garonne : les chiffres




55 élus du Tarn-et-Garonne ont octroyé leur parrainage à l'un des candidats à la présidence. Ci-dessus la répartition. Dans un prochain article, nous fouillerons plus avant la question, notamment à propos des parrains d'Emmanuel Macron... Quelques joyeuses empoignades sont à prévoir...

Les grands mensonges de Marion Le Pen #1




Le FN martèle qu'il ne fait pas de la "politique communautaire" et s'adresse identiquement à tous les Français, sans considération de religion ou d'origine ethnique. Cette vidéo démontre en quelques secondes qu'il s'agit d'un fieffé mensonge... 

vendredi 17 mars 2017

LE POINT SUR LES PARRAINAGES EN TARN-ET-GARONNE


C'est aujourd'hui (18 h) la date limite de réception des parrainages par le Conseil constitutionnel. Ce tableau peut donc encore s'enrichir de quelques noms. Le département "parraine", pour l'instant, plutôt à gauche. Bien sur, aucun rapport avec une quelconque tendance électorale. Le FN a fait le plein de ses... deux élus, Fillon n'est pas au firmament, les socialistes font bloc derrière Hamon, les élus PRG optent pour Macron tout comme l'UDI Mardegan...

On notera que les élus du 82 ne se bousculent pas vraiment pour parrainer un candidat. Au titre des "incongruités", le maire de Belbèze-en-Lomagne, Jean-Luc Issanchou (ex-PRG), qui confie son ticket à Mélenchon alors qu'il avait appelé à voter pour l'UMP Jean-Louis Dupont au second tour des départementales 2015... 

Pour l'heure, les sénateurs Bonhomme et Collin, la députée Pinel, la présidente et maire Barèges, le président Astruc, les maires de Moissac et Castelsarrasin MM. Henryot et Bésiers ne se sont pas prononcés. Le bras qui tremble ou l'indifférence ? 




mercredi 15 mars 2017

MARINE LE PEN ET ROMAIN LOPEZ (FN82) : DE L'EAU DANS LE GAZ ?!


Politic Circus avait prédit que la campagne 2017 serait particulièrement pénible pour le FN de Tarn-et-Garonne, département où le protégé de Marion Le Pen, immunisé par ce "prestigieux" statut et se voyant déjà confortablement installé sur le velours rouge de l'Assemblée, a multiplié les sorties fracassantes et décomplexées, notamment sur le thème de l'antisémitisme. Tellement fracassantes qu'elles ont fini par attirer l'attention de la presse et du net, et finalement provoquer le courroux d'un nombre croissant de sympathisants et de cadres FN, ce nombre incluant aujourd'hui Wallerand de Saint-Just, trésorier national du Front et... Marine Le Pen (MLP). 

L'absence de Romain Lopez aux deux récents meetings de MLP dans le Gers et l'Aveyron limitrophes (à quelques hectomètres de son fief), alors que les représentants du FN82 trônaient fièrement au premier rang, est un signe patent de ce profond malaise. 



Capture d'écran Twitter

Capture d'écran Twitter

Car, de toute évidence ce n'est pas Lopez-le-pré-investi qui fuit la présence ultra-médiatique de la patronne du FN. Quel candidat du Front se priverait volontairement de cet adoubement public ? Il ne peut donc s'agir que de l'inverse : Lopez n'est pas le bienvenu chez Marine Le Pen, qui juge sans doute son soutien périlleux pour sa campagne présidentielle... 

Presque pire : Lopez, pourtant fervent des réseaux sociaux, n'a annoncé aucune des deux messes électorales de proximité (le minimum syndical pour un responsable et représentant du parti) ni n'en a publié la moindre image. Sans doute pour ne pas attirer l'attention des militants locaux sur une ... chaise vide.

Pour mémoire, la visite officielle en janvier d'un proche de Marine, membre de son conseil stratégique, l'eurodéputé Gilles Lebreton, venu célébrer la nouvelle année avec une centaine de membres et sympathisants du FN82, s'était déjà déroulée en son absence... 


Romain Lopez  (capture d'écran)

Visiblement interdit de séjour chez Marine, le collaborateur de Marion fait donc confiance à la main qui le nourrit pour renverser la vapeur. Ainsi, Gilbert Collard, très proche de Marion, a accepté de rendre service à sa copine de parlement en venant animer un meeting à Moissac, la ville de Romain Lopez, le 29 mars prochain... 

Il faudra toute l'éloquence de Collard pour sauver, à l'heure où un conseiller régional du Front fait la une des journaux pour négationnisme, l'auteur tarn-et-garonnais de la formule "Ils ne sont ni journalistes, ni juifs".




samedi 11 mars 2017

MOISSAC : PATRICE CHARLES (FN82) A TRAVERS LES AGES...

Les allées des lieux autorisés, entendez les marchés bien sur, bruissent d'une rumeur grandissante : Patrice Charles, conseiller municipal FN de Moissac, pourrait jouer un rôle (de premier plan ?)* dans le cadre des élections législatives qui viennent. L'occasion de survoler en images le parcours politique récent de celui qui se présente aujourd'hui comme "l'avocat du FN".

Capture d'écran Facebook 


En politique, c'est bien connu, il faut savoir s'adapter. C'est visiblement l'une des qualités de M. Charles, élu de Moissac. En 2009, il soutenait Nicolas Sarkozy. Quelques mois plus tard, on le retrouvait chez Dominique de Villepin, rival déclaré du premier pour la candidature UMP à la présidentielle. En 2011, candidat aux cantonales, investi par le CNIPil réalisait le score supersonique de... 73 voix (3000 votants). Enfin, en 2013, il rejoignait le FN et participait aux municipales 2014 à Moissac et aux départementales 2015 (canton de Valence d'Agen). 

Capture d'écran : blog Patrice Charles 2009 

Capture d'écran : 2010 

2011 Patrice Charles, candidat du Centre National des Indépendants et Paysans : affiche officielle

Capture d'écran : 2013 

Ne croyez pas toutefois pas qu'il suffise de fourrer une nouvelle carte multicolore dans son portefeuille. Patrice Charles sait également moduler son discours. A propos de la commémoration du 19 mars 1962, Patrice Charles (alors CNI) se flattait d'être le seul candidat (cantonales) à assister aux cérémonies de Moissac en 2011. Selon l'article extrait de son propre blog, il souhaitait ardemment que la célébration "gagne en ampleur" les années suivantes, une position tranchée qui ne manquait pas de réjouir le socialiste Nunzi. 
En 2015, M. Charles désormais frontiste condamne avec la plus grande fermeté le choix proprement indigne de cette date ("celle d'une défaite") par François Hollande... 


Avant...

Après !


Ardent soutien de Romain Lopez, collaborateur parlementaire de Marion Le Pen, antisioniste assumé et admirateur de Soral, il se dit près à le défendre devant les tribunaux le cas échéant. Le tandem de choc du Front 82 s'est notamment illustré de manière époustouflante (au micro de Radio Asso 82) en incriminant "l'incompétence notoire des maires" du Tarn-et-Garonne



Capture d'écran Facebook


Capture d'écran Facebook



* A lire dans un prochain article

vendredi 10 mars 2017

SYLVIA PINEL ET PIERRE MARDEGAN : GRANDES RETROUVAILLES CHEZ MACRON !


Pierre Mardegan, vice-président du Conseil départemental, et élu (UDI) en tandem avec Brigitte Barèges, a rendu public son parrainage présidentiel : Macron. De facto, il renonce à obtenir une investiture de la droite et du centre. Et déplace son centre de gravité vers la gauche.

Source : Conseil Constitutionnel

Mais justement à gauche et en Tarn-et-Garonne, il y a déjà foule chez Macron où, comme nous l'avons vu hier, le PRG, alléché par les petits fours, se rapproche efficacement du buffet électoral. 

Pierre Mardegan, proche du président Christian Astruc, n'a pas fait mystère de ses ambitions législatives. N'ayant pu ébranler l'influence de BB au sein des Républicains, on le retrouve optant pour le même favori que son autre pire ennemi, Jean-Michel Baylet, qu'il a contribué à téléporter dans les oubliettes de l'Histoire politique locale.

Macron pourrait donc, en investissant le docteur Mardegan sur la première circonscription, faire de lui un allié de la gauche républicaine et radicale...


Copie d'écran


jeudi 9 mars 2017

LE PRG SOUTIENT... MACRON !


Le maire de Beaumont-de-Lomagne, lieutenant de Sylvia Pinel après avoir été celui de Jean-Michel Baylet, a octroyé son parrainage à... Emmanuel Macron. Un ralliement qui fait la quasi-unanimité parmi les grands élus du PRG (93% pour l'heure, voir liste plus bas) . 

Exit le PS dont l'avenir est dans le rétroviseur, le PRG joue la carte du jeune premier un brin exalté. Rien d'étonnant tant Macron est idéologiquement proche des Radicaux de gauche. 




Inutile d'être grand devin pour prédire qu'en Tarn-et-Garonne, la présidente radicale Sylvia Pinel partira à la conquête de son propre fauteuil à l'Assemblée sous la bannière (ou la protection) d'En Marche et, que, sauf accident, elle profitera à plein de l'engouement suscité par la nouvelle idole socialo-capitaliste. Une véritable aubaine pour le Parti des radicaux de gauche, antique formation rincée jusqu'au trognon mais qui pourrait ainsi ravaler sa façade à peu de frais. A minima, échapper au pire. Jean-Luc Deprince jouerait, c'est ce qui se murmure dans les bistrots du coin, le rôle de suppléant de son amie Sylvia.

Ce n'est donc pas dans nos contrées que Macron fera émerger de nouvelles têtes, comme il l'a scandé avec force dans ses galas meetings. On le comprendra : bénéficier de la puissance de feu de La Dépêche du Midi et de l'appui d'une "force" politique certes déclinante mais qui compte plusieurs ministres au gouvernement, ce sont deux bonnes raisons de ne surtout rien changer... 

Les représentants officiels du mouvement de Macron dans notre département, des "novices en politique" selon La Dépêche de ce journe devraient pas tarder à "s'aguerrir", à leur corps défendant...

Parrainages des élus PRG (au 7 mars 2017)
(Source : Conseil Constitutionnel)


lundi 6 mars 2017

FOOTBALL ET POLITIQUE 1 : LA CITATION DU JOUR


"La tradition de jeu à la française nous tourne vers un football latin technique et léché alors que le joueur africain joue plus sur le physique"

Romain Lopez cultivant son côté obscur ?
(copie d'écran compte Facebook RL)

Toute la différence entre une Ferrari et un tractopelle si l'on comprend bien Romain Lopez, candidat du FN82 aux législatives 2017...

vendredi 3 mars 2017

BRIGITTE BAREGES LÂCHE FILLON. AU SUIVANT ?


Le Parisien publie aujourd'hui une tribune de maires du centre et de la droite qui "demandent solennellement à François Fillon de se retirer en cas de mise en examen".

Parmi cette vingtaine de braves qui donneraient leur vie pour leur chef, des vrais, des durs, des purs, des courageux, on trouve naturellement... Brigitte Barèges.

Et Madame le maire de Montauban d'enfoncer profondément dans l’œil de Fillon une écharde de sa propre poutre. La fiche Wikipédia de BB ainsi que de nombreux organes de presse mentionnent en effet son actuelle mise en examen pour "détournement de fonds publics" et de ce fait "placée sous contrôle judiciaire".  

Toutefois, elle bénéficie de la présomption d'innocence et ne se fait pas prier pour le clamer partout. Une miséricorde qu'elle refuse d'un revers de main baguée à celui qu'elle défendait bec et ongles il y a encore une semaine...

On sait ce qu'il est advenu de son précédent chouchou, Nicolas S. mais aussi de Dominique Reynié, candidat invalidé aux régionales 2015, qui était comme chez lui à Montauban. Au suivant ? 


Copie d'écran