vendredi 24 février 2017

FRONT NATIONAL 82 : LES HÉRITIERS DE LA HONTE


La deuxième circonscription de Tarn-et-Garonne abrite deux grands symboles du martyr des juifs français pendant l'Occupation : la Maison des enfants de Moissac, qui a accueilli et protégé 500 enfants juifs* et la tombe de René Bousquet, organisateur de la rafle du Vel'd'Hiv (Larrazet). 

Les dirigeants du FN82, présidé par Thierry Viallon, en décidant de soutenir et de présenter en ces lieux un candidat-député violemment antisioniste (anti-Israël) et interlocuteur de l'antisémite Soral, un candidat qui qualifie les personnalités de la communauté juive "d'apôtres du complexe victimaire instrumentalisant la Shoah", ont bel et bien choisi leur camp, celui de la honte. Qu'ils ne s'y trompent pas, ils en seront comptables devant les citoyens-électeurs. 

Nier l'évidence (à l'instar de Mme Sandrine Pérez), détourner le regard, plaider candidement l'ignorance ou, tel l'avocat Patrice Charles, la "maladresse" des propos de Romain Lopez, ne figurent plus au rang des "arguments" recevables. Car de hauts cadres du Front se sont prononcés contre Romain Lopez (voir plus bas).  

Hors l'hebdo d'extrême-droite Minute, il est d'ailleurs impossible de trouver dans la presse locale ou nationale un paragraphe sur Romain Lopez qui ne mentionne pas ses tweets ignobles sur Israël, les Juifs ou "l'antisémitisme" :

  • Pour La Dépêche et L'Express, deux organes de presse importants, l'un réputé de gauche et l'autre de droite, les positions de Romain Lopez et ses odieux messages ("ni journalistes, ni Juifs") au tristement célèbre judéophobe Soral en font un candidat identiquement "sulfureux",
  • Pour le journal d'infos web Flash 82 (qui publie ses tweets sur le thème de... l'antisémitisme), son "image est écornée",
  • Pour France 3 Midi-Pyrénées (Laurent Dubois), c'est un candidat "dur", "qui dialogue avec un ami de Dieudonné, Alain Soral"
  • Pour Radio Asso 82, le CV de Lopez est à ce point éloquent qu'un animateur lui pose en direct la question fatale : "Etes-vous antisémite ?", à laquelle, stupeur,  l’intéressé ne répond pas par la négative, 
  • Pour le site "patriote" de lutte contre l'antisémitisme Le Lion du Net, proche du FN, Lopez mérite d'être dénoncé et "signalé" pour ses propos judéophobes,
  • Pour divers militants frontistes (au plan national), c'est au choix une "brebis galeuse", un personnage "abominable", "une machine à faire perdre le Front ",
  • Pour l'imposant compte twitter de soutien FN "Avec Marine 2017" (administré par un cadre du parti), les tweets de Lopez ont "comme une odeur d'antisémitisme",

Copie d'écran

  • Jusqu'à Wallerand de Saint-Just, haut dignitaire du Front, patron du groupe FN à la région Île-de-France, proche de Marine Le Pen et de Jean-Lin Lacapelle (le "nettoyeur" du Front), qui approuve Le Lion du Net écrivant de Lopez : "Il pourrait en effet devenir le symbole de ce que le nouvel FN rejette et servir d'exemple" (voir photo d'écran ci-dessous). Un véritable coup de hache !
  • Enfin, la candidature de Lopez a suscité la création dans notre département d'un "Collectif 82 département de Justes" dont le témoignage intéresse fortement les médias locaux. 



Contrairement aux fumeuses "justifications" que martèlent certains responsables de la fédération FN de Tarn-et-Garonne auprès des militants inquiets, Lopez n'est pas la victime expiatoire d'un complot ourdi par quelque ennemi de l'ombre (sic) mais le fier auteur de déclarations qui ne laissent planer aucun doute quant à ses convictions profondes, déclarations mises à disposition du public par divers médias et... condamnées par des membres éminents de son propre parti. S'engager derrière Romain Lopez, c'est donc partager ses positions et ses "valeurs", en toute connaissance de cause.



Une partie du Bureau FN82 - Copie d'écran Facebook


Pour quelles raisons obscures les électeurs de Tarn-et-Garonne seraient-ils moins dignes et perspicaces qu'un des principaux dirigeants du FN ? Et qui, en Tarn-et-Garonne, parmi les descendants des Justes de Moissac, pour plébisciter des thèses aussi injurieuses de la Mémoire et de l'intelligence ? 




* Avec l'aide des habitants de Moissac dont certains comptent aujourd'hui au nombre des Justes

mercredi 15 février 2017

QUAND LE FN82 A BESOIN DES ELUS LOCAUX, CES "INCOMPÉTENTS NOTOIRES"



La pré-campagne du FN de Tarn-et-Garonne est un véritable feu d'artifice. Après avoir distribué (et fait distribuer) sur la voie publique des documents à entête du Front mais dépourvus des mentions légales obligatoires (le B A BA du métier, voir notre article), voici que Romain Lopez "invite", en brandissant l'arme fatale du pluralisme (sic), les élus locaux à confier leur parrainage "présidentiel" à Marine Le Pen. 

Une démarche matinée de condescendance mais évidemment vaine puisque qu'il y a deux mois, Romain Lopez et son âme damnée Patrice Charles, invités par Radio Asso 82, n'hésitaient pas à qualifier les maires (mais aussi les syndicalistes agricoles) du Tarn-et-Garonne... "d'incompétents notoires" ! Une position soutenue avec véhémence sur Twitter par les deux têtes pensantes du FN. 


Capture écran Facebook


Mais ce n'est pas tout. Romain Lopez, pour faire bonne mesure, flatte aujourd'hui la croupe des Jeunes Agriculteurs du Tarn-et-Garonne, de leur président notamment. Le 15 novembre de 2016, il n'avait pas de mots assez durs pour stigmatiser les syndicats d'agriculteurs du département, tenus pour des officines baleytistes... 

Capture écran Facebook


Il faut être doté d'une bonne dose de mépris (et notamment de ce cynisme terriblement parisien) pour penser que les agriculteurs et les élus de la campagne disposent d'une mémoire n'excédant pas quelques semaines ! Mais force est de constater que, question préjugés, Romain Lopez se pose là...


lundi 13 février 2017

JUIFS : LE DOUBLE JEU DU FRONT NATIONAL


La présidentielle approche et le FN redouble d'efforts pour rassurer voire séduire les juifs dont les organisations refusent d'ordinaire tout rapprochement avec le parti fondé par Jean-Marie Le Pen. Ainsi, Louis Aliot et Gilbert Collard ont honoré le mercredi 8 février une invitation de la Confédération des Juifs de France et des Amis d'Israël (CJFAI). Une rencontre que la presse qualifie d'historique.  

A cette occasion, on a pu entendre Louis Aliot, dont le grand-père était juif, prononcer les paroles suivantes : "Je n'ai aucune sympathie pour un certain nombre de militants historiques de causes palestiniennes ou pro-palestiniennes ou d'extrême-gauche". 

Des propos à faire bourdonner les oreilles de Romain Lopez, candidat FN en Tarn-et-Garonne (dans la région dirigée par Aliot), qui appartient justement à cette catégorie de militants...

Mais ce n'est pas tout. Gilbert Collard n'a pas hésité, si l'on en croit Le Monde, à déclarer devant les dirigeants de cette (puissante) association : 

« Accordez-nous le droit d’avoir évolué, d’avoir réfléchi, d’avoir viré les cons qui corrompent toujours, partout où ils passent. Mais qui peut se targuer de ne pas avoir un con dans son groupe ? Les cons qui comptent il faut les virer. Et les cons qui ne comptent pas il faut les virer, parce qu’ils polluent».

Dont acte. 

Gilbert Collard aura donc la bonté d'expliquer à l'électeur (sauf son respect) pourquoi il ne manque pas une occasion de s'afficher avec le "sulfureux" Romain Lopez, collaborateur de Marion Le Pen, interlocuteur zélé de l'antisémite Soral et antisioniste épidermique ?

Au FN, il y a un monde du discours à la réalité. Des mots aux actes. De la vitrine à l'arrière-boutique. Comme le démontrent ces quelques photographies publiées sur les réseaux sociaux : 




Capture d'écran Facebook : Romain Lopez dans le bureau de Gilbert Collard à l'Assemblée


Capture d'écran Facebook : sur les marches de l'Assemblée Nationale

mercredi 8 février 2017

LES EMPLOIS "POLITIQUES" EN TARN-ET-GARONNE


L'affaire Fillon est l'occasion de jeter un petit coup d"oeil sur les emplois familiaux, amicaux ou "stratégiques" qui peuvent découler de l'exercice électoral ou politique. La plupart sont tout à fait légaux, d'autres tombent sous le coup de la loi et, nous allons le voir, notre département n'est pas en reste dans la discipline. 

Commençons en fanfare : "Beaucoup d'enfants d'élus travaillent au Conseil départemental". C'est le maire PRG de Beaumont-de-Lomagne, Jean-Luc Deprince, qui le dit (décembre 2016), en réponse aux déclarations assassines du président du Conseil départemental Christian Astruc au journal l'Obs ! Dont acte. 

La politique, vocation ou profession ?

Force est de constater que certains emplois rémunérés sur deniers publics sont des antichambres électorales. Au moins deux des candidats aux législatives de Tarn-et-Garonne, Mathieu Albugues (LR) et Romain Lopez (FN), ont bénéficié (ou bénéficient) de la rampe de lancement que constitue la fonction de collaborateur parlementaire :


  • Mathieu Albugues, chouchouté par Brigitte Barèges, a occupé diverses fonctions telles qu'assistant parlementaire, collaborateur du groupe UMP/Centre au Conseil régional ou encore chargé de communication à la mairie de Montauban avant son élection au Conseil départemental.


  • Son adversaire direct (battu à plates coutures) aux départementales 2015, le FN Romain Lopez, est l'un des trois assistants parlementaires de Marion Maréchal-Le Pen. Se proclamant antisystème, le jeune "espoir" du FN82 vit en réalité du...système honni.


  • Son aîné Patrice Charles, conseiller municipal FN de Moissac, a longtemps été assistant parlementaire. Aujourd'hui avocat, il plaide notamment pour le...FN. 



Parlement et conjoint 


Dans un autre registre, nous constatons qu' Yvon Collin, sénateur de gauche (RDSE) du Tarn-et-Garonne, emploie sa conjointe comme collaboratrice (voir sa déclaration officielle au Sénat). 

Députées de gauche...

Pour être complet, signalons que Sylvia Pinel, députée et ancienne ministre PRG, a débuté sa carrière politique comme chef du cabinet de Jean-Michel Baylet au Conseil général 82. Quant à la discrète socialiste Rabault, qui voulait mettre (avec François Hollande) la haute finance au pas, elle a passé plusieurs années dans une grande banque, salaires annuels à six chiffres ...

Emploi et tribunal

Enfin, deux figures importantes de la politique départementale, Brigitte Barèges, maire LR de Montauban et le susnommé Yvon Collin (divers gauche) ont affaire à la justice pour des motifs relatifs à... des emplois. Rappelons qu'ils sont présumés innocents. 



  • Le Parisien : Le sénateur Collin inquiété par la justice pour avoir "engagé le neveu d'une connaissance moyennant contrepartie". Son avocat n'est autre que Thierry Deville, adjoint de Brigitte Barèges à Montauban.


La politique, un monde tout petit et très bien verrouillé...

mercredi 1 février 2017

FN82 : LE GRAND ABSENT DE CAUSSADE


La Dépêche du 30 janvier relate la visite en Tarn-et-Garonne de l'eurodéputé FN Gilles Lebreton*, venu promouvoir la candidature de Marine Le Pen devant une centaine de militants. Un événement d'importance pour le FN82 à quelques encablures des législatives : c'est l'endroit où tout candidat FN à la députation se devait de figurer et en bonne place.

Pourtant, si l'on en croit les photos de la réunion et les réseaux sociaux frontistes, nulle trace de Romain Lopez, assistant parlementaire de Marion Le Pen (une profession à la mode) et "pré-investi" dans la deuxième circonscription... 

Faut-il en conclure que Lopez, généralement friand de publicité, ne souhaitait pas voisiner avec le professeur Lebreton, proche de Marine ? A moins que ce ne soit l'inverse et que le "sulfureux" Lopez n'ait été prié de rester à la maison ? 

L'intéressé lui-même ne dit mot de sa "défection" tandis que La Dépêche fait mine de n'avoir pas remarqué la chaise désespérément vide de Romain Lopez...

* Gilles Lebreton n'est pas le premier venu. Professeur de droit public, il est membre du "Conseil stratégique" de Marine Le Pen pour les élections présidentielles 2017.