lundi 9 octobre 2017

TARN-ET-GARONNE : LE BAL DES RESCAPÉES - Episode 1 : SYLVIA PINEL

(Un œil sur les législatives 2017 avant de passer à l'actualité) 

Sylvia Pinel pourra se féliciter longtemps de l'insondable bêtise électorale du FN, qui a trouvé le moyen, dans cette circonscription prête à basculer, de lui opposer l'un de ses plus glauques candidats, Romain Lopez, activiste pro-Iran (sic) officiellement soutenu par le théoricien antisémite Alain SoralAvec pour conséquence (parfaitement prévisible), dans le mois précédant l'élection, d'une avalanche de publications scandalisées dans la presse régionale, nationale et même... israélienne


La joie de Sylvia Pinel et de son suppléant, Jean-Luc Deprince

Seuls France 3 Midi-Pyrénées (Occitanie) et Le Petit Journal ont choisi de taire à leurs téléspectateurs et lecteurs les déclarations et autres sponsors lugubres de Lopez. Rappelons que, outre des articles documentés parus dans Libération, La Dépêche et Times of Israël, de hauts personnages du FN dénonçaient -publiquement - Lopez comme un "affreux du Front" déversant "depuis des années sa haine du juif "! Autant d'informations et de propos fracassants qui ne pouvaient échapper à un journaliste politique, même stagiaire. Mais ne voulant à aucun prix "faire le jeu" de Baylet et de son égérie, ces deux médias (surtout France 3 MP) ont pris le parti d'éclairer le candidat frontiste d'une douce lumière, comme dit Francis Cabrel...      


Romain Lopez chez Laurent Dubois - France 3 Occitanie

Malgré ce renfort médiatique (à rendre jaloux bien des ténors du FN), la venue de Marion et l'effondrement électoral de son adversaire Pinel (10000 voix perdues en 5 ans), Lopez a réussi le pitoyable exploit de ramener le FN, premier parti de la circonscription, sous son étiage législatif de 2012 en faisant fuir près de 4000 électeurs



Et maintenant ? Refoulé par les nouveaux députés frontistes qui ne souhaitaient pas endosser son indécente notoriété, l'ancien collaborateur parlementaire de Marion Le Pen a été discrètement recasé comme hôte d'accueil du groupe FN à la région Occitanie (où l'on semble beaucoup moins regardant sur le profil des impétrants). Côté politique aussi, Romain Lopez tente de survivre à ses échecs successifs. Élu nulle part, contraint de coller aux basques du conseiller municipal Patrice Charles (Moissac) dans les comices locaux, relégué à la gesticulation twitter, l'ex-espoir du FN (comme le présentait France 3 MP) va trouver le temps très long jusqu'aux prochaines échéances. D'autant que, pour y figurer en bonne place, il devra se faire prédateur dans son propre camp... 



Réunion du groupe FN  au Conseil régional. Dans le fond, Romain Lopez.


Quant à Mme Pinel, ex-ministre de Hollande, elle pourrait, à la faveur d'un remaniement, retrouver un portefeuille au sein du gouvernement Macron. Pour l'heure, elle est occupée à ressouder les Radicaux, ceux de gauche et les Valoisiens, pour en (re)faire une force politique certes d'appoint mais d'un appoint incontournable...

Quelque part donc, à force d'erreurs de casting et de copinage effrené, le FN a raté (une fois de plus) l'occasion de changer, toutes proportions gardées, l'histoire politique du pays. Et fatalement celle du Tarn-et-Garonne...  

A suivre : Le Bal des Rescapées - Episode 2 : Valérie Rabault



mercredi 5 juillet 2017

MÉCHANT MIROIR !

Il n'est pas rare qu'un animal domestique, chien ou chat, passant devant un miroir, sursaute à son reflet puis montre les dents à l'intrus qui ose violer son territoire. C'est que cette créature du bon Dieu n'a pas vraiment conscience de son incarnation


Figurez-vous qu'un ex-candidat du FN vit régulièrement une expérience de ce genre.

Apercevant dans l'hémicycle un député sans cravate, il hurle immédiatement au scandale et à l'irrespect de la fonction. Mais n'était-ce pas lui, alors candidat à cette même Assemblée, qui se faisait photographier le 8 mai 2017 (voir notre article) devant le monument aux morts de Moissac, chemise béante, barbe de 5 jours, en jeans ? 



Et n'est-ce pas lui que l'on trouve se gaussant bruyamment de l'orthographe de certains internautes ? Lui qui écrit "débrayé" pour "débraillé" (ci-dessus) ? Et, comble, "illettré" avec un seul "t" ?




Méchant miroir ! 

mercredi 21 juin 2017

LÉGISLATIVES 82 - Circo 2 : LES CHIFFRES DE LA DÉFAITE DU FN



Le constat est simple : bien que le PRG glisse depuis des années sur un toboggan à forte pente, le FN n'a pas pu prendre l'avantage dans la seconde circonscription alors que ses derniers résultats, aux départementales et aux régionales, démontrait une puissante et inexorable poussée. 

L'explication de la défaite se trouve dans le trait bleu : le FN 2017 a également perdu des milliers d'électeurs par rapport à 2012. 3187 précisément. 

Quel phénomène a pu pousser autant d'électeurs acquis à la cause frontiste à rester chez eux ce dimanche, dans une circonscription considérée par les observateurs (et Lopez lui-même) comme gagnée d'avance ? C'est la seule et bonne question. 

Lopez se garde évidemment d'y répondre. Il salue sa performance (laquelle ?) et se félicite d'avoir su attirer les électeurs de droite au second tour (lesquels ?). 

Comme toujours avec Lopez, il s'agit de dresser un écran de la fumée la plus épaisse entre la défaite et sa personne : on notera dans ses commentaires que le "je" est devenu "nous", l'échec une performance, la droite son électorat...

Pourtant, Romain Lopez clamait partout que la "petite frappe" Baylet était finie, que Pinel, sa "potiche", rentrerait à la maison en juin 2017. A la manière de ces boxeurs qui prédisent l'enfer à leur adversaire pendant des mois puis, une fois sur le ring, s'écroulent, KO et surtout ridicules, au début du second round. Comment Lopez a-t-il pu se faire battre par cette équipe de bras cassés dont, selon, lui, plus personne ne voulait entendre parler dans la contrée ? 

A Moissac, qu'il se vante d'avoir transformé en citadelle du FN, ce sont pas moins de 358 électeurs de Mme Dulac (2012) qui sont allés taquiner le gardon au lieu de glisser un bulletin FN. Voilà la vérité. 



A Beaumont, à Montech, presque partout, le FN de Lopez a perdu en route des voix gagnées par Mme Dulac. C'est la raison de la défaite. Nous verrons donc dans un prochain article pourquoi des milliers d'électeurs du Front n'ont pas voté pour lui, malgré la "bienveillance" tactique de certains médias à son égard et le mutisme irrationnel de son principal adversaire (pour l'accession à la finale), Mathieu Albugues.  

dimanche 18 juin 2017

LÉGISLATIVES 82 CIRCO 2 : ROMAIN LOPEZ, Y VA DANSER !

Romain Lopez, le candidat "qui déverse sa haine des juifs depuis des années sur les réseaux sociaux" (c'est un membre dirigeant du FN qui parle) n'a pas échappé au sort qu'il méritait : la défaite.

Égal à lui-même, Lopez présente ce revers comme une victoire. Evidemment, il passe bruyamment sous silence que sa véritable performance tient dans la perte de 3187 électeurs séduits par Mme Dulac en 2012, aux mêmes élections. 

Comment prétendre qu'on a réalisé une "magnifique performance" 1/ en perdant 2/ en faisant fuir des milliers d'électeurs ?  

Allez, spécial dédicace à Romain Lopez : 










vendredi 16 juin 2017

"L'UNION A DROITE" DE ROMAIN LOPEZ (FN) ENGLOBE LA CGT ET MELENCHON !

Après s'être adonné à une lascive danse du ventre devant Mélenchon et ses affidés (voir ci-dessous), Romain Lopez (FN) vient de se décréter "candidat de l'union à droite". Deux jours de campagne supplémentaires et il finissait chez Macron ! 







jeudi 15 juin 2017

UN MEMBRE DU COMITÉ CENTRAL DU FN TORPILLE ROMAIN LOPEZ !

Après avoir fait la une de la Dépêche du Midi pour ses tweets judéophobes ; après avoir été "signalé" par Le Lion du Net pour les mêmes motifs ; après avoir eu les honneurs de Libération ; après avoir obtenu le soutien de l'ignoble Soral ; après avoir été "épinglé" par Buzzfeed  puis par le journal israélien Times of Israël, voici que Romain Lopez , candidat aux législatives en Tarn-et-Garonne, fait l'objet d'une virulente dénonciation d'un des membres du Comité central du FN, également président de l'Union des Patriotes Français Juifs (liée au Front) et secrétaire général du syndicat France Police, Michel Thooris. 

Terrible retour de boomerang à trois jours du second tour des législatives. M. Thooris ne fait pas dans le détail : 

"Loin des belles promesses de normalisation du parti, la Commission Nationale d’Investiture du Front National a investi un certain nombre de candidats particulièrement nauséabonds"

Il précise : 

"Dans le Tarn-et-Garonne on retrouve Romain Lopez, l’attaché parlementaire de Marion Maréchal Le Pen, investi dans la 2e circonscription. Ce Soralien assumé déverse depuis des années sa haine des Juifs de manière publique sur les réseaux sociaux"

Et il ne s'arrête pas en route : 

"Si heureusement tous les identitaires ne sont pas Soraliens, ils sont pourtant de plus en plus nombreux à se rapprocher des thèses d’égalité et réconciliation. A l’instar de Romain Lopez, beaucoup passent d’une ligne de dénonciation sans concession de l’Islamisme à une stratégie de soutien de l’Islam, y compris parfois radical, contre les Juifs. « Je préférerais mille fois un élu musulman patriote qu’un élu de souche mondialiste » a ainsi tweeté monsieur Lopez. L’élu de « souche mondialiste » se nommait Goldsmith et le patriote, Sadiq Khan"




Il termine par : 


"Au nom de la dédiabolisation, Jean-Marie Le Pen a été exclu du FN. Quelques mois plus tard, ce même parti politique investit finalement des Vardon, Lopez, Saliba et consorts. De quoi en perdre son latin..."

Si c'est le FN qui le dit...

mercredi 14 juin 2017

LÉGISLATIVES 82 : DERNIÈRE LIGNE DROITE UN PEU COURBE

Dans la première circonscription, les jeux sont faits et la studieuse députée socialiste n’échappera pas à la vague enmarchiste incarnée par Pierre Mardegan, un notable presque à l'ancienne, médecin et conseiller général (comme on disait jadis). 

Le score de Thierry Deville (15%) est conforme à sa popularité à droite tandis que le FN Viallon termine troisième, une place qu'il doit en partie à la candidate de DLF 82, Martine Baudoz, qui engrange quasiment sans faire campagne la bagatelle de 673 voix.


Dans la seconde, l'admirateur de la République islamique d'Iran Romain Lopez fait "tapis" en tirant de sa retraite anticipée son employeur, Marion Maréchal-Le Pen, laquelle tiendra un meeting à Cazes-Mondenard. Son dernier meeting, précise l'affiche. Une bien piètre fin de carrière provisoire pour la nièce de Marine, contrainte de voisiner (symboliquement) avec un autre ardent soutien de Romain Lopez, le gourou antisémite Soral. 

Le journal Libération de ce jour parle justement de Romain Lopez et de sa lugubre proximité avec Soral le Terrible.




Dans une interview parue ce jour dans la Dépêche du Midi, Romain Lopez se prétend "homme de droite". Sur ses affiches, il appelle à l'union de la "droite". Bien sur, nécessité électorale fait loi et les mots sont gratuits. 

M. Lopez pourrait être de droite s'il n'était pas un militant pro-palestinien plaidant pour le boycott des produits israéliens, pour le coup un véritable marqueur du gauchisme hexagonal. 





M. Lopez pourrait être de droite s'il n'était pas le voisin de palier philosophique de Soral, repris de justice antisémite condamné à de multiples reprises pour apologie de crime contre l'humanité et théoricien de la réconciliation de "la gauche du travail" avec "la droite des valeurs". 







M. Lopez pourrait être de droite si lui-même ne s'en était défendu à de multiples reprises en appelant notamment les "patriotes de gauche" à rejoindre le FN






M. Lopez pourrait être de droite s'il ne qualifiait la droite française de "plus bête du monde". Les électeurs de M. Albugues apprécieront...




S'il n'avait pas défini lui-même le FN comme un parti "ni de droite ni de gauche". 



S'il n'était pas un zélateur du Hezbollah, organisation terroriste d'essence islamiste : 




S'il ne manifestait pas une préférence pour une religion, ce qui est contraire (dans la vie publique) à la laïcité au sens français du terme et même à la doctrine du FN :




S'il n'était pas un admirateur transi de rappeurs de banlieue appelant à "niquer les sionistes" :




M. Lopez pourrait être de droite s'il respectait les femmes (politiques) :










Bref, Romain Lopez pourrait être de droite s'il n'était pas d'extrême quelque chose en sus d'être sexiste, autrement dit un véritable adepte d'Alain Soral.  A jamais, M. Lopez. 

dimanche 11 juin 2017

CIRCO 2 : ROMAIN LOPEZ BATTU PAR LA "POTICHE DU BARON"

Les résultats sont tombés (cliquez ici) et le FN se qualifie difficilement pour le second tour, derrière Sylvia Pinel (soutenu par Macron) et devant Mathieu Albugues (LR). 

Bien sur, c'est une défaite cuisante pour l'arrogant Lopez, qui devrait sortir du panorama politique local en établissant une forme de record de la déculottée.

Le FN ne dispose en effet que de maigres réserves de voix et compte tenu du résultat squelettique du soralien Lopez au premier tour, seule reste à mesurer la hauteur de la chute.


samedi 3 juin 2017

LES ELECTIONS LÉGISLATIVES EN TARN-ET-GARONNE VIENNENT DE SE JOUER

Le FN qui devait faire des étincelles, notamment dans la deuxième circonscription, est désormais très lourdement plombé par la présence en ses rangs de Romain Lopez.

Ce dernier, ne doutant de rien, vient en effet de rendre notre département célèbre jusqu'en... Israël, où ses propos via les réseaux sociaux ont fait fureur ! Il a également attiré l'attention des fameux Décodeurs du journal Le Monde et de bien d'autres internautes ou journalistes, français ou étrangers.

Plus la réprobation monte dans les médias et internet, moins les dirigeants du FN national se manifestent. En totale contradiction avec la doctrine (déjà très discutable) de ne limoger un candidat que lorsqu'il se fait alpaguer par la presse nationale. Dans le cas de Lopez, on est déjà bien au-delà de nos frontières... 

 Cliquez sur l'image pour lire l'article
Cliquez sur l'image pour lire l'article


Ce faisant, ils ont laissé le champ libre au véritable patron de Lopez, Alain Soral, source intellectuelle de Dieudonné, ancien conseiller de JMLP et multirécidiviste en matière d'apologie de crime contre l'humanité (rien que ça) et d'antisémitisme forcené. Ce dernier est venu révéler son disciple au commun des mortels. Un coming-out dont se serait bien passé le candidat Lopez, qui officie au beau milieu des agriculteurs et des commerçants qui souvent ignorent l'existence de son idole. 



On peut se demander quel est le rôle précis de Louis Aliot, patron de la région Occitanie (et compagnon de la patronne du FN) dans l'investiture d'un candidat aussi caricaturalement ringard et agressif, et aussi emblématique du Front des groupuscules gluants que le susnommé Lopez, dont la proximité idéologique avec le Pape antijuif Soral est connu de tous sauf -visiblement- de la commission d'investiture du FN.   

Tant que le FN laissera le champ libre à de tels camelots, qui confondent leur sentiment profond et la géopolitique planétaire, obsédés par la domination "sioniste" du monde, il perdra toutes les élections d'importance. Quel citoyen français sensé, par surplus patriote, voterait en connaissance de cause pour un zélateur du Hezbollah ou de la République islamique d'Iran ? 

Ce qui se passe sous nos yeux depuis trois ou quatre jours, c'est la résolution de l'équation du plafond de verre. Le FN est bien un parti comme les autres, qui place ses cadres et vit de l'argent public. Sur ce plan, Lopez ressemble en tous points à Mathieu Albugues des LR : des jeunes gens qui n'ont jamais vécu que de la politique de couloir, comme assistant parlementaire ou collaborateur de groupe régional. Mais c'est un parti différent, en ce sens qu'il investit toujours et encore, ce malgré des échecs répétés et cinglants, des candidats qui ne peuvent que choquer la morale ordinaire, le bon sens humain le plus élémentaire. 

Bien sur, le soutien très actif de Marion Le Pen, dont il est l'employé, compte pour beaucoup dans le silence lamentable du couple dirigeant Le Pen/Aliot. Mais aujourd'hui, voter Lopez, c'est voter Soral. Et comme on peut le constater en lisant les (horribles) messages d'encouragement à Lopez sur le site de Soral, le fan moyen de ce repris de justice complotiste n'a (heureusement) aucun point commun avec l'électeur lambda de Tarn-et-Garonne. 

De fait, ainsi affaibli nationalement et affligé localement, le FN ne peut escompter participer à quelque victoire que ce soit...

jeudi 1 juin 2017

LE BAISER DE LA MORT : ALAIN SORAL VOLE AU SECOURS DE SON DISCIPLE ROMAIN LOPEZ !

Plus d'un an que Politic Circus, au risque de lasser son lectorat, martèle que le candidat FN Romain Lopez est un adepte du judéophobe Alain Soral, champion de France de la condamnation pour antisémitisme, apologie de crime contre l'humanité, etc et gourou idéologique de Dieudonné. 




N'est-ce pas à lui, à Soral en personne, que Lopez a envoyé son message Twitter le plus fameux, mêlant ignominieusement "les Juifs" à un attentat islamiste commis au Nigéria ?  

Eh bien il n'a pas fallu une demi-journée pour que Romain Lopez, objet d'un article de choc dans la Dépêche du Midi de ce jour (lire), ne reçoive le renfort de son mentor au casier plombé Soral ! 

Egalité et réconciliation, ainsi se nomme le "mouvement" antisémite de Soral, publie, avec le plus grand naturel, un article intitulé : "Romain Lopez candidat FN accusé d'être trop proche de la ligne Egalité et Réconciliation". Lopez est donc de la famille. Et c'est le gourou qui le dit...



Dans les commentaires de l'article, d'autres disciples se reconnaissent en Romain Lopez, la proie du "journaliste" (avec guillemets) Benayoun, "juif d'avant-garde de la République", qualifié de "journalope" par les amis de pensée du candidat FN. 

Voilà. Tout est dit. Fouillez ce site si vous en avez le courage (et l'estomac) et vous y retrouverez toutes les obsessions de Lopez : les Juifs, les Israéliens, l'apologie de la République islamique d'Iran, du Hezbollah, de la Syrie, de la "cause" palestinienne, de Mussolini... Toutes passions publiées aujourd'hui par la Dépêche du Midi sous la signature de Laurent Benayoun, à qui nous apportons bien sur notre soutien.

Nous attendons avec impatience les déclarations de soutien à Lopez des cadres du FN82 : Thierry Viallon, Patrice Charles, Marie-Dominique Bagur, Alain Lévêque, Louis Galvani (suppléant), Franck Buhler, Sandrine Perez, le "colonel" Amiel... 

Bon courage à tous !


mardi 30 mai 2017

SYLVIA PINEL ASSIGNE ROMAIN LOPEZ (FN82)

Romain Lopez, candidat judéophobe du FN dans la seconde circonscription de Tarn-et-Garonne, publie sa convocation devant le Tribunal de grande instance, à l'initiative de Sylvia Pinel. Nous ignorons pour l'heure les griefs de Mme Pinel. Le fameux tweet super-sexiste de Romain Lopez, qualifiant l'ex-ministre et vice-présidente du Conseil régional de "potiche du baron" est-il à l'origine de cette action en justice (voir notre article) ? 

Le plus drôle dans cette affaire, c'est la posture victimaire de Lopez : "Pinel et ses amis veulent nous faire taire". On se souvient que Romain Lopez avait mandaté M. Franck Buhler (voir notre article), responsable de la communication du FN82, pour "détruire" la page Politic Circus avec l'assistance "d'experts informatiques" et de fait, nous... faire taire ! 

D'autant que l'arroseur arrosé Lopez ne mentionne même pas le motif de son assignation. Décidément, le FN peut se féliciter de l'investiture de ce disciple de Dieudonné : Romain Lopez est de tous les bons coups ! 





jeudi 25 mai 2017

ROMAIN LOPEZ (FN82) : LA COURTOISIE A LA FRANÇAISE !

Le judéophobe Romain Lopez, sur son compte facebook, reproche à Sylvia Pinel, de l'avoir "ignoré" (au marché de Castelsarrasin) et, de la sorte d'avoir manqué aux règles élementaires de courtoisie entre candidats à la députation... 





Mais qui, ayant subi les injures sexistes répétées de l'employé administratif de Marion Le Pen, userait de "courtoisie" à son endroit ? Pour être respecté, il faut être respectable. Or voici comment Romain Lopez conçoit la courtoisie, notamment à l'égard de Sylvia Pinel : 


Le mufle Lopez  continue :



(parce que Lopez, lui, le frontiste-dactylo appointé par le contribuable, il n'est pas du tout "placé" par le Système FN !) 

Il existe mille façons de mener un combat politique mais aucune qui n'exonère de la bienséance propre à nos traditions françaises. Écoutons Lopez nous parler du ministre de la République Baylet :


Le député en herbe Lopez ne respecte pas plus la chancelière allemande, à laquelle il s'adresse tel un hooligan du virage d'Auteuil :


Une symphonie de savoir-vivre français et patriote

M. Lopez nous autorisera donc, à la lumière de ses tweets, de le tenir pour un cuistre et un malséant, qui recevra dans quelques jours une leçon de maintien bien méritée...

dimanche 21 mai 2017

LES GRANDS MOMENTS DE SOLITUDE DE ROMAIN LOPEZ (FN)

Les cadres du FN82, tel Patrice Charles, Sandrine Perez ou Thierry Viallon, après avoir soutenu bec et ongles le judéophobe Romain Lopez, semblent atteints d'un étrange mutisme : plus un mot, plus une ligne, plus un tweet depuis que Lopez est officiellement candidat, pas même un petit retweet de son affiche de campagne.

Il s'est donc passé quelque chose. 

Nous avons notre version : Lopez, qui ne fait pas l'unanimité au sein du Front 82 (il faudrait être sourd !) serait encore moins apprécié des dirigeants frontistes de la région Occitanie : il ne devait son "statut " de vicomte local du FN qu'à Marion Le Pen dont il est (était) l'employé et le protégé... 

Et effectivement, depuis l'annonce de la retraite provisoire de la nièce de Marine, les langues (et les esprits) se délient : Lopez donnerait une bien piètre image du FN en voyant des juifs partout, surtout où ils ne sont pas...

Il ne faut pas chercher ailleurs l'ostracisation grandissante (et légitime) dont il est l'objet, tant au FN qu'en dehors, par exemple de la part des militants de Dupont-Aignan en Tarn-et-Garonne, dont la patronne résume bien l'opinion : "Ce monsieur n'a pas notre soutien"*. L'Union des Patriotes de Jean-Marie Le Pen a même décidé de lancer un candidat contre Lopez, comme par hasard un ancien du FN82. Terrible !

La campagne du futur-ex assistant parlementaire de Marion Le Pen risque donc de tourner au cauchemar, car si ses alliés et amis commencent à le lâcher (ou à le supplicier), ses adversaires politiques n'ont pas encore ouvert la boite à gifles (comme on dit à Sapiac) et ça risque de piquer aux joues... 


Romain Lopez en compagnie du grand-père de Marion, Jean-Marie Le Pen

* La Dépêche du Midi 21 mai 2017 rubrique indiscrétions

vendredi 19 mai 2017

CANDIDATURES OFFICIELLES 82 (CIRCO 2) : SURPRISE(S) !


Sylvia Pinel partira comme prévu sous la bannière "Majorité présidentielle", Emmanuel Macron, chef de l'Etat, ayant décidé de laisser les coudées franches à la patronne du PRG, parti dont 99% des élus (au plan national) ont parrainé la candidature présidentielle. 

Un secrétaire de section du PS, Thierry Hamelin, aujourd'hui adjoint du maire divers droite (et barégiste) de Labastide-Saint-Pierre Jérome Beq, tentera de lui faire de l'ombre. Evidemment il s'agit d'une candidature "libre" et son efficacité sera à la mesure des "alliances" de l’intéressé. Nous y reviendrons dans un prochain billet. 

Mais le vrai scoop de la circo, c'est la candidature de Pierre Verdier (ex-FN82 !) qui viendra, soutenu par Jean-Marie Le Pen (Union des Patriotes), défier l'antisioniste Romain Lopez, investi par Marine ! Règlement de compte local ou national ? A suivre de près !

Frédéric Jean-Avallone représentera La France qui Ose de Rama Yade, ex-ministre de Sarkozy qui n'a pu rassembler les parrainages nécessaires à la candidature suprême. 

Quant aux officines d'extrême-gauche, elles se présenteront, comme souvent, en rangs désunis, comme autant de chapelles irréconciliables : Lutte ouvrière, PCF, La France insoumise auront donc des candidats distincts...


Frédéric Jean-Avallone, candidat de Rama Yade

LISTE DES CANDIDATS AUX LÉGISLATIVES TARN-ET-GARONNE (2017)


mercredi 17 mai 2017

LE TARN-ET-GARONNE, UN POINT CHAUD DES LÉGISLATIVES 2017 ?

Le journal L'Obs classe la deuxième circonscription du Tarn-et-Garonne dans les 25 points chauds de l'hexagone.



Sur le papier, rien n'est plus vrai. La progression du FN depuis 2010 y est impressionnante tandis que la lente glissade des radicaux de gauche s'est confirmée d'élection en élection, parallèle à la paisible décadence des Républicains de Brigitte Barèges qui stagnent aujourd'hui à un niveau fort médiocre. 

Toutefois, le FN a beau se prévaloir du titre de premier parti du département, il ne dispose que d'une poignée de conseillers municipaux, disons 4 ou 5 dont deux élus régionaux ayant la double casquette. Ses scores impressionnants aux élections départementales 2015 n'ont débouché sur... rien.  Pas plus que les municipales 2014 d'ailleurs. 

Mathématiquement, le FN peut certes emporter cette circonscription. Comme Marine Le Pen pouvait emporter la présidence de la République. Comme Marion Le Pen devait être candidate aux législatives. Comme l'alliance avec Dupont-Aignan constituait un tournant historique...

En soutenant Sylvia Pinel, le président de la République Emmanuel Macron est venu changer la donne de manière sensible. Elle profitera à plein, en sus de sa réserve à gauche, de l'élan d'En Marche ! puis d'un report massif en forme de "front républicain" au deuxième tour.

En présentant un candidat "douteux" (voir la déclaration de DLF) tout droit sorti de la vieille cave à démons de Jean-Marie dans une circonscription prenable, le FN fait une fois de plus la preuve de son inadaptation non seulement à la demande mais aussi aux exigences morales des électeurs locaux. 

Par ailleurs, signe précurseur, le candidat Lopez a déjà connu pareil scénario aux départementales 2015, récoltant la plus grosse fessée FN du Tarn-et-Garonne face à Mathieu Albugues, son concurrent  LR aux... législatives 2017 : 68, 47% contre 31, 53 ! Cela ne vous rappelle rien ? 

Si surprise il y a, elle ne viendra donc pas du Front national de Thierry Viallon et Romain Lopez...

vendredi 12 mai 2017

DEBOUT LA FRANCE 82 S'INTERROGE SUR LE FN LOCAL...

Dans un communiqué du 8 mai, Martine Baudoz, secrétaire départementale de DLF 82 et candidate aux législatives (circo 1) ne se montre pas tendre avec le FN, "qui peine à corriger son image clivante et ne dépasse pas le fameux plafond de verre".

Au sujet de l'accord entre Nicolas Dupont-Aignant et Marine Le Pen appliqué au Tarn-et-Garonne, elle déclare : " [...] des interrogations légitimes se font jour.

On se demande bien pourquoi DLF 82 hésite à lier son destin à celui de Romain Lopez, décrit hier par la Dépêche du Midi comme un "candidat au discours très extrémiste"...


Communiqué complet :




ROMAIN LOPEZ (FN82), LE FRONTISTE PRÉFÉRÉ DE FRANCE 3 OCCITANIE


En quelques semaines, Romain Lopez, candidat du FN en Tarn-et-Garonne, est devenu l'invité frontiste de référence chez France 3 Occitanie : Dimanche en politique, réaction post-premier tour, émission 19/20 du 1er mai, réaction post-second tour. A croire qu'il n'y a qu'un candidat FN dans les 8 départements de l'ex-région Midi-Pyrénées...  

De toutes les questions pertinentes et affûtées que pourraient poser nos politologues de terroir à Romain Lopez, aucune ne vient s'échouer, même par inadvertance, sur le plateau de France 3. Laurent Dubois et Patrick Noviello font assaut de devinettes inoffensives qui n'ont pour écho que les platitudes laborieuses de Lopez, ravi d'être à pareille fête ! 

Ces flots d'eau tiède contrastent fortement avec un article de mai 2016 dans lequel ces mêmes journalistes de France 3 présentaient Lopez comme l'interlocuteur d'un "ami de Dieudonné, Alain Soral" et publiait en illustration un tweet qui ne laissait aucun doute sur les penchants judéophobes du frontiste. Ce dernier, relatant un massacre islamiste au Nigéria, réalisait l'ignoble exploit d'y impliquer les "Juifs" (et de glisser un clin d’œil-hommage à Mussolini), le tout en trois lignes ! 


Tweet publié par France 3 le 23 mai 2016

Que s'est-il donc passé pour que ce profil "sulfureux" (L'Express), ce candidat "dur" (Laurent Dubois lui-même) soit en 2017 quasi "open bar" chez France 3, sans avoir été interrogé, ne serait-ce que du bout des lèvres, ne serait-ce qu'une seule fois, sur sa fameuse formule "ni Juifs, ni journalistes" ? Ou sur l'une ou l'autre de ses préoccupations obsessionnelles : la "quenelle" de Dieudonné, la Shoah, le Crif, le port de la kippa, Klarsfeld, le Hezbollah, le député Meyer Habib, la République islamique d'Iran, la Ligue de défense juive, l'association France-Israël, la Palestine ? 

Eh bien, dans l'intervalle, le FN a désigné Lopez comme adversaire direct de la députée sortante PRG Pinel (Tarn-et-Garonne, circo 2), égérie du patron de presse et ministre Baylet. 

Or une guerre ouverte fait rage entre les journalistes de France 3 et le patron de la Dépêche du Midi, comme en témoigne l'un de leurs derniers articles (au vitriol) : "Quand le ministre Baylet s'en prend à France 3". 

Vous avez compris. Courroucée, la rédaction politique de France 3 n'a aucune envie de faciliter la réélection de Sylvia Pinel, héritière politique de Jean-Michel Baylet, en évoquant les convictions rédhibitoires du dieudonnesque Romain Lopez

On peut légitimement se poser la question : est-ce bien le rôle du service public télévisuel que de "retenir" des informations (et lesquelles !) ? Et qui seront les premières victimes de ce "silence" sinon les électeurs et finalement, osons un grand mot, la vérité...



Romain Lopez invité de France 3 Occitanie le 31 mars 2017
Dimanche en Politique



Romain Lopez invité du 19/20 de France 3 MP le 1er Mai 2017