dimanche 6 mars 2016

ASTRUC/MARDEGAN : LA RÉVOLTE DU BON SENS




L'un vient du centre-gauche, Astruc et l'autre du centre-droit, Mardegan. Ces deux quasi-inconnus ont réussi en quelques mois à écarter du circuit les deux semi-remorques du Tarn-et-Garonne, Baylet et Barèges.

Aucune majorité n'était sortie des urnes lors des élections départementales 2015 et l'on se souvient que BB, se comportant en néo-châtelaine, avait présenté l'avènement de Christian Astruc, maire divers gauche de la modeste bourgade de Dunes, comme une victoire de son camp (et plus précisément la sienne) pendant que M. Baylet, déposé, hurlait à la trahison et aux arrangements contre-nature... 

Toutefois, à l'usage, le petit maire Astruc s'avérait ne pas être le président d'opérette que BB prétendait avoir adoubé. En refusant d'octroyer la présidence de la commission des finances à Mme le maire de Montauban, Christian Astruc sonnait l'heure de la révolte. 

Furieuse et joignant ses forces à celles de son meilleur ennemi, BB tentait le coup de force en décembre 2015, à l'occasion du vote du budget primitif. La grosse voix de Baylet tonnait : " Vous êtes à la tête d'une collectivité qui vous dépasse ! " tandis que la Walkyrie du Tarn-et-Garonne enfonçait le clou : " Je dénonce l'absence totale de gouvernance, un fonctionnement chaotique ". 

La "légitimité" de Christian Astruc n'a tenu qu'à une voix. Mais le robuste terrien a fait ce jour-là la démonstration qu'il n'avait rien d'une "marionnette". Pierre Mardegan (UDI), fatigué déjà de la propension de son amie Brigitte à briser la vaisselle ou pire encore, à faire meute avec Baylet (et ses vassaux), rejoignait Christian Astruc en janvier 2016 ; dans sa corbeille, la plupart des élus de "droite" pour (enfin) former le groupe majoritaire des gens de bonne volonté.

Nul doute que cette révolution de velours côtelé marque la fin d'une époque. Et ce gouvernement départemental new look, modéré et de bon sens, n'est-il pas finalement le reflet de la volonté des électeurs, lesquels, s'ils ne voulaient plus de Baylet à la tête du département désiraient moins encore que Mme Barèges s'installe dans son mobilier ?